Sélectionner une page
Bruno Rousset

Bruno Rousset

Bruno Rousset, vision d'un entrepreneur


Après des études de gestion et de marketing, Bruno Rousset rejoint la Mutualité Française, puis le groupe paritaire de retraite et de prévoyance UPESE. En 1988, il fonde la société APRIL, avec l'envie d'introduire plus de services et d'innovations dans l'assurance.

En moins de 10 ans, le groupe est introduit en bourse. Fort de ce succès, Bruno Rousset crée le holding industriel EVOLEM,  avec pour objectif d’accompagner la croissance d’entreprises en France. Il lance également en 2006 Entrepreneurs de la Cité, une fondation reconnue d’utilité publique qui aide les créateurs d’entreprise en situation précaire à accéder à un programme de micro-assurance. Enfin en 2014, la création du fonds de dotation EVOLEM Citoyen se donne pour objectif le soutien aux initiatives en faveur de l'emploi, notamment des jeunes. Un parcours atypique qui repose sur une vision engagée et innovante de l’entrepreneuriat.

Publications

Entreprendre, c’est croire en l’avenir


Entreprendre, c’est avoir une vision, des convictions et le goût du risque. C'est ce qui a animé Bruno Rousset lorsqu’il a fondé APRIL dont l’ambition est de rendre le secteur de l’assurance plus simple et plus accessible.

L’entrepreneuriat, c’est également imaginer comment se distinguer sur son marché. Un entrepreneur doit constamment faire preuve de bon sens mais également de créativité afin d’anticiper les nouvelles tendances de consommation.

Cette liberté d’esprit est synonyme également de prises de risques quel que soit le contexte économique et social. Alors que seuls 23% des entrepreneurs français pensent que leur pays encourage l’initiative et la création, Bruno Rousset est convaincu que l'entrepreneuriat est à la portée de tous ceux qui osent, même dans les contextes difficiles. Il s’est d’ailleurs souvent inspiré de Kenneth Arrow, prix Nobel d’économie en 1972, pour qui la confiance est le vecteur essentiel de la richesse d’une nation : confiance en l’Etat, entre clients et fournisseurs, entre collaborateurs et dirigeants…et surtout confiance en l’avenir.

 

Favoriser les initiatives pour mieux grandir


Pour Bruno Rousset, le succès d’une entreprise repose avant tout sur l’humain.

En effet, le leader doit faire preuve d’humilité, savoir déléguer et faire confiance à ses collaborateurs. Cette responsabilisation constitue un véritable moteur au sein de l’entreprise. Impliquer l’ensemble de ses collaborateurs, c’est leur offrir l’opportunité de donner le meilleur d’eux-mêmes et ainsi tirer l’entreprise vers le haut. Ce mouvement en interne est la pierre angulaire pour toute entreprise qui souhaite passer un cap et grandir.

 

Réformer pour encourager la création d’entreprise


Les rigidités réglementaires, et un certain manque d’ambition empêchent les entreprises de voir plus grand et de repousser les frontières.

Bruno Rousset estime que la dynamique de nos entreprises passe aussi par une réglementation sociale plus simple et plus lisible basée sur des rapports de confiance et sur la libre négociation entre les partenaires sociaux au niveau de chaque entreprise, reconnaissant ainsi la spécificité de chacune des situations.

Le manque d’engagement des pouvoirs publics, tout comme l'inflation et la complexité des textes est un facteur de dissuasion significatif pour ceux qui veulent entreprendre.

 

Créer du lien social


Un projet d’entreprise ne se limite pas au seul objectif économique. Ajouter sa pierre à l'édifice social, créer de l'emploi, former et permettre à des hommes et des femmes de s'épanouir dans une activité professionnelle constituent les dimensions essentielles de l’entrepreneuriat pour Bruno Rousset.

C'est pourquoi, la formation des jeunes, la protection sociale, tout comme l’engagement sociétal sont au cœur des réflexions de Bruno Rousset, comme en attestent ses activités. Cette dimension humaniste doit s’opérer à la fois à l’intérieur même de l’entreprise, mais aussi à l’extérieur en s’impliquant dans la société. Une responsabilité vis-à-vis de nos contemporains, mais aussi un devoir envers les nouvelles générations qui seront les garantes de l’avenir de notre pays.